Université du temps libre "Kreiz Bro leon"   -  Les sorties 2013 / 2014

Le Conseil
d'administration
Les activités Nos adhérents Les programmes Lettres aux adhérents
Comptes rendus
des conférences
Les partenariats Les actualités Adresses
et liens utiles
Accueil

Atelier patrimoine
La vallée du Guillec, moulins, manoirs et chateaux.

Visite guidée par Michel Quéré, président de l'association Avel Goz Sibirill

Compte-rendu de notre adhérent Serge MICHEL

(après chaque photo, utiliser la flèche retour pour revenir au texte)

Une fois observée la stèle gauloise christianisée érigée place de la Mairie, nous emboîtons le pas alerte de notre guide et quittons, sous un soleil complice, le bourg de Sibiril. La parfaite visibilité nous permet de distinguer, au sud, les lointaines hauteurs des monts d'Arrée et, au nord, plus proches, les contours de l'île de Batz.
À la sortie du village un beau chemin creux nous conduit en pente douce vers les rives du Guillec et le
moulin de Kerouzéré . Son actuel propriétaire a entrepris avec passion, voici une dizaine d'années, le vaste chantier de restauration de cet ouvrage de 1771 submergé par le lierre et les ronces depuis son abandon vers 1950. Le mécanisme de la roue fonctionne à nouveau et les travaux de déblaiement ont mis à jour une meule dormante à carreaux correspondant à celles utilisées au XVIII ème siècle. A l'extérieur, de solides contreforts permettent à la structure de résister aux vibrations de la roue et un toit à coyaux préserve la maçonnerie du ruissellement des eaux pluviales.
Après nous être éloignés de la rivière et avoir repris de l'altitude, nous atteignons le
viaduc de Saint Jacques . Soutenu par dix arches, son tablier enjambe le Guillec et offre une vue plongeante sur la vallée. Mis en service en 1907, ce pont faisait partie des infrastructures du réseau des chemins de fer départementaux français et permettait au fameux train-patate de circuler de Brest à Saint Pol de Léon. L'exploitation de la ligne a cessé en 1946.
Arrivant en bordure de la D10 nous franchissons le flot impétueux des véhicules avant de retrouver le calme des abords du
manoir de Saint Jacques . Longée par une voie qu'empruntaient, jadis, les pélerins se rendant à Compostelle, cette belle construction à avancée ( «apothis taol» dans le Haut Léon) présente, à l'arrière, une tour carrée de quatre étages, hypothétique commanderie de l'Ordre de Malte.
Le parcours se poursuit dans la fraîcheur d'un sous-bois jusqu'au superbe moulin de Kerlan (XVI ème siècle). Devenu habitation privée en 1965 et classé monument historique en1968, cet ancien moulin seigneurial a cessé de fonctionner à l'aube du XX ème siècle. Restauré dans un grand souci d'authenticité, le bâtiment compte 5 niveaux. En pignon sud, la maçonnerie intègre des pierres trapézoidales destinées à prévenir les effets néfastes des vibrations de la roue. Sur une pierre du pignon nord est gravée une roue à trois pales, signature des compagnons bâtisseurs de moulins.
Il nous faut peu de temps pour rejoindre la cour du manoir de Kerlan (XV ème siècle). Le corps de logis en équerre présente, à son angle, une tourelle d'escalier dotée d'une porte d'entrée avec arc en accolade et colonnettes. Des fenêtres à meneaux  garnissent les façades parsemées de trous d'échafaudages. L'ouvrage a été classé monument historique en 1969.
Nous empruntons ensuite une courte portion de route bitumée et intégrons rapidement le domaine boisé du
château de Kerouzéré. Le couvert végétal s'efface bientôt au profit d' un immense espace dégagé où se dresse, magnifiquement conservée, l'imposante masse granitique de la forteresse. Edifié au XV ème siècle à l'emplacement d'une ancienne motte féodale (Coat-an-Tour), l'ensemble se composait, à l'origine, de quatre tours reliées par des courtines et d'un chemin de ronde crénelé pourvu de mâchicoulis. Des douves, alimentées par le ruisseau qui court encore dans le parc, entouraient les murailles.
La tour sud-ouest et la courtine sud ont été détruites lors du siège soutenu face aux assiégeants de la Ligue en 1590 ( Pierre de Boiséon, baron de Kérouzéré, était acquis à la cause du roi Henri IV). Les douves ont été asséchées au XVII ème siècle.
Dans la prairie, côté nord, la silhouette d'un pigeonnier tronqué nous rappelle que le droit de colombier était un privilège seigneurial.
Construit par Jean de Kerouzéré, échanson du duc de Bretagne Jean V, le château est passé aux mains de nombreuses familles. Il est aujourd'hui propriété de Mr La Lande de Calan.
Une belle allée de platanes nous amène au portail sud. Nous le franchissons sous le franc regard de deux lions sculptés portant la devise des Kerouzéré : «List, list» (Laissez, laissez!).
Revenus à notre point de départ, nous concluons notre balade par la visite de l'église St Pierre
Bâtie en 1767 à l'emplacement d'un édifice plus ancien (1435), elle abrite le gisant de Jean de Kerouzéré, mort en 1460. Sculpté dans la pierre de Kersanton, il est étendu, les pieds reposant sur un lion, emblème familial, et la devise, citée supra, gravée sur le ceinturon.




Centre Socio Culturel, 2 Rue des déportés - 29260 - LESNEVEN
Pour nous contacter : utl.kreizbroleon@laposte.net