Université du temps libre "Kreiz Bro leon" - Compte-rendus des conférences

Le Conseil
d'administration
Les activitésNos adhérentsLes programmesComptes rendus
des conférences
Les partenariatsLes actualitésAdresses
et liens utiles
Accueil

Grand Nord - Grand sud    :   Artistes Inuit et Aborigènes
Sortie à Daoulas  le 21 Octobre 2010
(Extrait  du dépliant de l'Abbaye - Crédit photos : Internet)
    L'Abbaye de Daoulas centre culturel d'un axe Grand Nord - Grand Sud, c'est ce que nous propose cette nouvelle exposition. Aux antipodes l'une de l'autre les terres qu'ils habitent, les paysages, les climats, la faune et la flore n'ont rien de commun et pourtant, les Inuit du Canada et les Aborigènes d'Australie ont choisi l'art pour faire connaître leur attachement au territoire et aux mythologies singulières, essentiellement la sculpture pour les  premiers, la peinture pour les seconds.
    L'histoire récente des deux communautés inuit et aborigènes aboutit à la reconnaissance de leur autonomie dans la seconde moitié du 20e siècle. Des circonstances de cette confrontation à la civilisation moderne résulte un même sentiment identitaire chez ces deux communautés. Il s'agit pour elles de maintenir les traditions constitutives de leur culture propre, tout en participant à des échanges économiques et culturels internationaux parfois conflictuels. Echanges favorisés par la mise en place de de coopératives de diffusion des oeuvres et plus récemment la création d'une "guilde canadienne des métiers d'art" pour les Inuit, les aborigènes australiens ayant eux adopté une forme plus didactique en éduquant les blancs à leur culture, la toile remplaçant les peintures murales et corporelles afin de pouvoir voyager dans le monde entier. Le point commun entre ces deux civilisations : la communication avec les ancêtres et la nature.

L'exposition
L'exposition réunit plus de 160 œuvres inuit et aborigènes, sculptures, peintures, photographies et vidéos, autour de thématiques communes : « espace et création », « authenticité, croisements, métissage », « mythes et modernité ».
Des sculptures miniatures en ivoire aux monumentales compositions alliant vertèbres de baleine, fragments d'os de caribou, de pierres, de bois d'élan, de poils etc...les artistes Inuit retranscrivent leur sensibilité unique à l'environnement et à ceux qui y vivent. On peut le constater dès l'entrée dans le musée avec cette sculpture de Manasie Papaliapik, "création du monde"
Cette oeuvre aux proportions étonnantes a été réalisée en os de baleine. Ce matériau est privilégié dans le travail de Manasie Akpaliapik, l’un des plus grands artistes du grand Nord canadien. Autour du fœtus en albâtre rouge, se déploient, dans un élan créateur, les éléments clefs du monde inuit traditionnel. Se trouvent ainsi réunis le chaman, figuré par son tambour, le monde marin, mais également l'ours, le phoque ou encore le hibouLa société Inuit repose sur des croyances animistes où toute composante de la nature possède une âme. Malgré la volonté des missionnaires qui ont voulu détruire cette culture païenne, c'est cet Art qui aujourd'hui intéresse le marché mondial. Ils utilisent pour réactiver ce passé les matériaux locaux, stéatite, serpentine, basalte pour les sculptures qui prennent maintenant des formes plus modernes, plus lisses mais toujours au croisement de la rencontre entre l'homme et l'animal.
Parmi les oeuvres exposées on a pu remarquer les sculptures de
Manasie Akpaliapik, Luke Airut, Jake Kadluk, Davie Atchealak, Billy Merkosak et la photographe Julie Edel Hardenberg avec ses "frères et soeurs métissés" etc...
Les aborigènes ont choisi aujourd'hui le support de la toile, et plus particulièrement l'acrylique pour mettre en avant le "dreaming" terme qui associe le passé ancestral au rêve onirique pour désigner les les pistes de leurs voyages et la communication avec les esprits, telle cette toile de 5m intitulée "Star Dreaming Track" de Dave Ross Pwerle. Dans la culture aborigène, le territoire est considéré comme la matérialisation d'une géographie mythique crée par les ancêtres et les itinéraires de ces derniers, reproduits dans les peintures, jouent un rôle central dans la lecture des paysages. Ils retranscrivent "en suivant les lignes", des rivières, des collines, le tracé des routes et des clôtures. Aujourd'hui ces artistes se concentrent sur la recherche esthétique en utilisant différentes techniques pour montrer les relations entre le spirituel, le corps, l'esprit, le paysage et les ancêtres, entre autre la représentation à l'aide de petits points de peinture se confondant dans un vaste ensemble...Ils ont, pour certains, pris de la distance avec les coopératives d'état, et ont crée des groupes d'artistes indépendants.
Parmi les oeuvres exposées on peut voir :
Dave Ross Pwerle, Abie Loy Kemarre, Kathleen Petyarre (qui est venue en résidence à Daoulas) Charlie Tjapangati, Abie Jangala, Lynda Syddick Napaljarri.
Une exposition étonnante, mais d'une grande qualité esthètique.
      
     Rêve de grenouille           Mountain Devil Lizard Dream                  Bush Leaf Dreaming  
         Abie Jangala                           Kathleen Peytarre                               Abie Loy Kemarre 
  
La création du monde            Joueur de tambour
(Manasie Akpaliapik)
  
        Jake kadluk                          Caribou nageant
 
       Billy Merkozak                   Luke Airut






Sans titre
Lynda Siddick Napaljarri