Université du temps libre "Kreiz Bro leon" - sorties 2011-2012

Le Conseil
d'administration
Les activitésNos adhérentsLes programmesComptes rendus
des conférences
Les partenariatsLes actualitésAdresses
et liens utiles
Accueil

Histoire du tango
Conférence de Madame Christine Chazelle – 21 juin 2012
Voir le diaporama

Le tango, danse musique et poésie, est né en Argentine de trois cultures : amérindienne, européenne, africaine. C’est une musique populaire, création urbaine par opposition à la musique traditionnelle qui est d’origine rurale. Il est peu à peu devenu l’expression « nationale » de l’Argentine.

Danse et bal – les origines
Plusieurs cultures musicales vont s’additionner et se mélanger :
- Les « conventillos »: Buenos Aires a connu un développement à la fois énorme et rapide, dû à une politique d’encouragement à l’immigration. Les immigrés, en majorité italiens, déçus de ne pas obtenir en Argentine les terres cultivables qu’on leur promettait, se sont entassés dans les faubourgs de la capitale. Le « conventillo » est une rue ou cour bordée de maisons étroites. Les habitants vivent dehors, toutes populations et toutes cultures mélangées.
- Les gauchos : ils vivent de l’élevage et sont l’équivalent des cow-boys. Ils ont coutume d’improviser des paroles sur un rythme donné. Accompagnement de guitare
- La habanera ou danse havanaise : issue à la fois de rythmes dansés par les esclaves africains et leurs descendants, et de la « contredanse ». Celle-ci a son origine à la cour de Louis XIV. Son nom est une déformation de « country dance ». Très à la mode, elle est transportée à Saint Domingue par les colons français. Lors du soulèvement de 1791 certains colons fuient à Cuba, où la contredanse est adoptée et transformée par les esclaves africains.

Pour voir une  démonstration de tango argentin (Tangobar Dances Gotan Project)

http://www.youtube.com/watch?v=_CRjQKqZ4Dw  (Cliquez "ignorez l'annonce")

Parole et poésie
En 1842 apparaît la contredanse avec chant : dansa cantada, que les Espagnols ramènent en Espagne et introduisent dans la zarzuela, oeuvre lyrique mêlant théâtre et danse. Elle prend le nom de habanera (danse havanaise) ou tango americano. (Rythme repris par Bizet dans Carmen).
Origine du mot « tango » :
Dans le vocabulaire cubain, le tango est une assemblée de noirs qui dansent au son de leur tambour. A l’intérieur de la zarzuela, le tango americano est le moment comique où on se moque des noirs et de leur façon de parler.
Diffusé pour lui-même au moyen de partitions indépendantes, il se jouait sur l’orgue de barbarie.
Cette diffusion  favorise l’appropriation du tango par les artistes argentins, issus de la deuxième vague d’immigration.
De nouveaux tangos se créent, comme le tango criollo qui introduit dans le tango le rythme de lavalse. Un des premiers compositeurs est Angel Gregorio Villoldo (1861 -1919), dont on a un enregistrement fait à Paris avec la garde républicaine : tous les instruments sont alors possibles pour l’accompagnement.

Musique et instrumentalisation :
Le bandoneon : inventé en Allemagne pour remplacer l’orgue dans les processions, il est découvert par les Argentins en 1870 et devient l’instrument par excellence du tango. Son double clavier est très difficile à utiliser, les touches n’étant pas disposées dans l’ordre de la gamme. C’est peut-être la raison pour laquelle le rythme du tango devient plus lent.
Le tango est devenu une des bases de l’identité argentine. Il est passé de la danse en ligne à la danse par deux. C’est une marche où les figures sont proposées par l’homme. Proximité de la tête et du haut du corps.
Considérée comme scandaleuse, elle est condamnée à se cacher, par exemple dans les maisons closes.

Propagation du tango
Apporté par des Argentins voyageurs, le tango conquiert Paris et d’autres capitales à partir des années 1910. Il fait fureur mais aussi scandale.
Inversement en Argentine on reprend la mode de Paris : bal dans des salles et à toutes les heures.

Aspect vocal : Carlos Gardel (1890 -1935) a fait connaître l’aspect vocal du tango. D’abord chanteur du folklore à deux voix, il connaît ensuite un succès mondial avec des airs de tango comme Mi noche triste. La mélodie du tango exprime toujours la nostalgie du passé, et a pour particularité de donner une âme aux choses.

Aspect instrumental : L’orchestre typique se compose à l’origine de deux bandoneons, deux violons, un piano, une contrebasse (voir sextet Julio de Caro). Peu à peu l’orchestre se développe et devient beaucoup plus étoffé.
Anibal Troilo (1914-1976) réunit chant et orchestre. Très attaché à la qualité littéraire du texte, il fait appel aux paroliers les plus connus de son époque. Il est aussi très attentif à la qualité des instruments de musique.

Tango et modernité
Astor Piazzola (1921-1992) Aussi féru de musique classique que de tango, n’écrit plus pour la danse mais pour l’orchestre et le concert, varie les rythmes, brise toutes les normes.
A partir des années 60 le tango subit la concurrence du rock et tombe en désuétude, avant de connaître un renouveau. Gotan project est un groupe franco-argentin mêlant tango et musique électronique. Leur nom est basé sur l'équivalent en castillan argentin du verlan, le vesre, qui transforme Tango en Gotan.
Il réunit à nouveau la musique, la voix, la danse, les trois éléments indispensables du tango.
Aujourd’hui de nombreux clubs étudient et pratiquent le tango argentin.

Complément d’informations : http://www.americas-fr.com/musique/tango.html

Pour écouter Gotan project

http://www.youtube.com/watch?v=a95E60tEVE0  (La revancha del tango)  (Cliquez "ignorez l'annonce")