Université du temps libre "Kreiz Bro leon" - compte rendu de conférence

Le Conseil
d'administration
Les activitésNos adhérentsLes programmesComptes rendus
des conférences
Les partenariatsLes actualitésAdresses
et liens utiles
Accueil

Force et faiblesse de la démocratie américaine
Jean-Yves Carluer, historien ER
Voir le diaporama

Inspirées toutes deux à la fois du christianisme et de la philosophie des lumières, la démocratie française et celle des USA sont à la fois parallèles et souvent divergentes.

1) Forces et limites d’un Etat fédéral

- Les Etats précèdent l’Union
Jusqu’à la guerre d’indépendance les Etats de l’Est existaient comme colonies anglaises.
Les comtés sont la base de la vie administrative et politique et constituent des pôles d’identité par la variété des législations locales.
Grande variété aussi entre les Etats, qui ont souvent une forte identité (Texas, Californie p.ex.). L’Etat possède une armée locale, la garde nationale. Il gère l’essentiel de la législation : tout ce qui n’est pas du ressort de Washington. Exemple : la grande variété des lois sur le mariage et le divorce, ou sur la peine de mort. Il gère aussi l’essentiel de l’action sociale publique. La politique est d’abord une affaire locale : la carrière d’un homme politique commence souvent à l’intérieur de son Etat.
L’Etat dispose d’institutions-types (diapo 12), appliquant la séparation des pouvoirs, législatif, exécutif, judiciaire.

- Forces et faiblesses
La liberté d’expression des particularismes peut engendrer des pôles de refus (Sud, miliciens…)
L’unité dans la diversité est source de fierté et de patriotisme, mais il existe de fortes divergences entre Etats.
Le pouvoir est proche des citoyens, mais cela engendre la complexité de l’ensemble législatif, et le risque de corruption locale.
La démocratie locale et son administration responsable peuvent constituer un espace d’apprentissage politique, mais aussi se retourner contre les minorités locales, ou encore s’opposer aux réformes générales.

2)Une démocratie inachevée ?

La constitution américaine est la plus ancienne constitution écrite du monde (1787). Au départ constitution libérale, où presque tous les articles parlent des droits, et pas encore vraiment démocratique. Les femmes ne votent pas, encore moins les noirs.
Application de la séparation des pouvoirs (diapo 23).
Le texte de la constitution est sacré pour tous, d’où sa grande stabilité.
Il est amendable (27 amendements au total).

Le Congrès

Deux chambres : Sénat et Chambre des représentants. Les représentants sont élus pour 2 ans au suffrage universel direct. Chaque Etat (parlement et gouvernement) élit 2 sénateurs pour 6 ans.
La chambre la plus importante est le sénat. Ses compétences :
Guerre et paix, impôts fédéraux, législation commune.
La chambre des représentants vote les lois fédérales, et a l’initiative pour le vote du budget.

Forces et faiblesses
Le congrès ne reçoit pas d’ordres du président. Le président fixe le cap de son mandat dans le discours sur l’état de l’Union. Le congrès jouit d’une grande indépendance et dispose d’une gigantesque administration.
Aspects négatifs : il y a risque de conflits entre l’exécutif et le législatif. Le mandat des représentants (2 ans) peut paraître trop court. La production de lois est énorme et touffue (500 feuilles par jour).

Le Président

Il dirige tout l’exécutif, les armées, le conseil des secrétaires (ministres qu’il choisit), les offices fédéraux, il a droit de véto sur les lois…
Il est élu pour un maximum de deux mandats (2 X 4ans) et réside à la Maison Blanche.
Le processus de son élection est trop long (diapo 24). La longue période entre l’élection et la prise de pouvoir pose des problèmes. Par exemple : qui prend le pouvoir en cas de décès pendant ce temps ?
D’autre part, le système peut aboutir à ce que le président soit élu avec la majorité des grands électeurs, mais moins de voix.

La Cour suprême

Une originalité des institutions américaines : 9 juges, choisis à vie par les présidents.
A la fois conseil constitutionnel, cour d’appel, tribunal administratif suprême. Peut empêcher la guerre.
Ses décisions impactent les choix de société aux Etats-Unis.
La régulation de toutes ces instances est extrêmement complexe (diapo 26).

3) La liberté plus que l’égalité.
Le problème des exclus
 :
8% de chômeurs,
50 millions de pauvres dont 24% de femmes seules. Une action sociale surtout à la charge de la charité privée. Un enseignement élitiste et de plus en plus cher.
Le problème des minorités :
Des droits réaffirmés, un président noir, des efforts sociaux considérables, un poids croissant des latino-américains, une unité nationale guère remise en question, mais en 2012, plus de noirs en prison que d’esclaves en 1850 et deux fois plus de chômage chez les minorités (sauf asiatiques). Mais la stabilité failiale pose problème (familles mono-parentales). La peur des clandestins conduit à la construction d’un mur entre le Mexique et les USA.

Une vie politique liée à l’argent ?
Aspects positifs des élections : leur régularité, le recours aux primaires pour désigner les candidats, une grande liberté d’expression.
Mais le système électoral oblige au bipartisme, les campagnes sont de plus en plus chères, la participation est faible.

Un Etat face à la violence :
Une criminalité finalement maîtrisée, mais à un niveau élevé. Problème du port d’armes autorisé par le 1er amendement.

Une laïcité différente :
Le président prête serment sur une bible fermée. Symbole d’un système de valeurs qui dépasse la religion. Conception hérité des philosophes des Lumières.
Aucune aide ni aucune restriction à une confession quelconque, mais la référence continuelle à une divinité supérieure définie de façon vague .