Université du temps libre "Kreiz Bro leon" - compte rendu de conférence

Le Conseil
d'administration
Les activités Nos adhérents Les programmes Lettres aux adhérents
Comptes rendus
des conférences
Les partenariats Les actualités Adresses
et liens utiles
Accueil

Ces énergies venues de la mer
Michel Paillard, chercheur à IFREMER, ER

Les énergies fossiles diminuent, aussi pour pallier la pénurie et tendre vers l'indépendance énergétique, il faudra trouver d'autres sources. De nombreuses études sont menées dans le monde entier autour des énergies marines renouvelables et inépuisables. Les technologies évoluent, mais la commercialisation généralisée est encore lointaine.
La Bretagne, la France en général et les Territoires d'Outre-mer offrent un énorme potentiel.
1 - L'éolien offshore
Il propose deux pistes, l'éolien flottant et l'éolien ancré entre 50 et 200m de profondeur (monopieu, tripode ...) avec des pales pouvant atteindre 150m de diamètre. Actuellement trois projets en cours en France.
Ces technologies sont onéreuses et la maintenance compliquée (hélicoptère) de plus la production est aléatoire et non prédictible étant dépendante du vent.

2 - Energie marémotrice
Du type du barrage de la Rance, opérationnelle en 1966, est utilisée depuis des siècles (Moulin à marée de Bréhat). Aujourd'hui on ne fermerait pas le barrage de la Rance en raison de l'impact négatif qu'il a eu sur son environnement. 10 projets sont en cours en Angleterre dont un projet de lagon artificiel.

3 - Energie hydrolienne
Produite par les courants de marée, elle offre un fort potentiel en France en raison de la force des courants baignant les côtes (Bretagne, Raz Blanchard etc...). Elle a beacoup d'avantages, elle est prédictible, on connait à l'avance les coefficients de marée,  performante, a un impact visuel limité. Deux pistes sont étudiées (axe vertical et axe horizontal). Il y a 6 ou 7 projets en France dont deux bien avancés, le Raz Blanchard et le Fromveur avec la mise en place de 4 à 6 machines pour une production de 2500 MW/an/machine.

4 - Energie houlomotrice.
Energie produite par le mouvement des vagues. Grande potentialité (45 KW / ml). Les premières études datent du 18 ème siècle. Il y a des projets intéressants, là où les vagues sont puissantes, Landes, Outre-mer.

5 - Energie thermique
Basée sur la production d'énergie grâce à la différence de température entre l'eau froide du fond des océans et l'eau chaude de surface. Production limitée aux zones tropicales, mais disponible 24h / 24 et 365 j / 365, mais située dans une zone où la consommation est faible. Les premières études des années 1930 (Georges Claude) ont connu un fort développement après le 1er choc pétrolier mais ont été abandonnées après les contre-chocs pétroliers et la baisse des cours.

6 - Energie des gradients de salinité
Basée sur le principe de l'osmose qui s’établit entre deux liquides de densités différentes, elle est intéressante dans les estuaires à fort échange d'eau douce et d'eau salée, comme les fjords de Norvège.

7 - Energie de la biomasse algale
Production de carburant de troisième génération (biofuel) produit à partir des algues.

Le principal problème reste le stockage de cette énergie. Sa résolution est une condition au déploiement à grande échelle des EMR.
Sont actuellement à l'étude, les batteries, les super conducteurs, les volants d'inertie, l'air comprimé, l'hydrogène, les STEP, stations de transfert d'énergie par pompage en remontant de l'eau de mer dans des réservoirs. Une surface de 2 km2 ayant 20 m de fond pourrait produire 1000 MW pendant 10h. Reste le problème de l'acceptabilité des conditions de stockage.
En conclusion on peut dire qu'il existe un potentiel considérable des EMR (énergies marines renouvelables) mais les projets se heurtent à des règlements inadaptés, des procédures administratives trop lentes, des espaces marins trop protégés face aux impacts halieutiques, de l'avifaune, des paysages et des hommes.