Université du temps libre "Kreiz Bro leon" - compte rendu de conférence

Le Conseil
d'administration
Les activités Nos adhérents Les programmes Lettres aux adhérents
Comptes rendus
des conférences
Les partenariats Les actualités Adresses
et liens utiles
Accueil

Adolf Sax
Jean Ravenel, saxophoniste, enseignant au conservatoire de Rennes


Adolphe Sax  est né le 6 novembre 1814 à Dinant (Belgique). Son père Charles Joseph (1790-1865), lui-même musicien autodidacte ( il joue du serpent), fabrique des instruments de musique (serpent, flute,clarinette, bassons) . Adolphe Sax  passe son enfance dans l’atelier paternel et y apprend son futur métier. Dès 12 ans il fabrique une clarinette, et utilisera le principe des proportions initié par son père : disposition précise des trous sur le tube pour obtenir un meilleur son, justesse accrue et homogénéité de timbre dans les différents registres.

Lui même clarinettiste, son professeur lui propose de faire entendre son nouvel instrument à l'harmonie royale de Bruxelle. Mr Bachmann, le clarinettiste de l’orchestre annonçant je cite «je cesserai de jouer si l'on donne dans cet orchestre, jusqu'ici respectable, une place à de chétifs élèves tels que M.Sax et à son instrument nouveau» Adolphe Sax  lui lance un défi: participer à une audition publique comparative, où Sax jouera avec son nouveau modèle de clarinette et Bachmann ( aussi fabriquant de clarinette) avec le sien. L’énorme succès de Sax conduit le clarinettiste à lui céder sa place dans l’orchestre. Sax utilisera par la suite à plusieurs reprises ce procédé du défi.
En 1842 A. Sax vient à Paris faire entendre sa clarinette basse, et aussi pour la première fois le saxophone baryton ( ou basse selon les sources). Il trouve un grand admirateur dans la personne d’Hector Berlioz, qui écrit un article enthousiaste dans le Journal des Débats dés le lendemain.

 « Mr Adolphe Sax de Bruxelles, aura sans doute puissamment contribué à la révolution qui se prépare dans la fabrication des instruments à vent. C'est un homme d'un esprit  pénétrant, lucide, obstiné, d'une persévérance à toute épreuve, d'une grande adresse, toujours prêt à remplacer dans leur spécialité es ouvriers incapables de comprendre et de réaliser ses plans; à la fois calculateur, acousticien, et au besoin fondeur, tourneur et ciseleur. Il sait penser et agir: il invente et exécute.…...elle (la sonorité du saxophone) est de telle nature que je ne connais pas un instrument actuellement en usage qui puisse, sous ce rapport lui être comparé; c'est plein, moelleux, vibrant, d'une force énorme, et susceptible d'être adouci....les compositeurs devront beaucoup à monsieur Sax quand ses instruments seront devenus d'un usage général. qu'il persévère, les encouragements des amis de l'art ne lui manqueront pas »   
C’est aussi Hector Berlioz qui plus tard dédiera un sextuor pour saxophones: Chant sacré en 1844.

Un des chroniqueurs de l'époque rapporte qu'Adolphe Sax assurant la partie de saxophone baryton (qui n'était encore qu'un prototype, certaines clefs ne tenaient qu'avec des ficelles!!) s'arrêta sur un son, le diminua, puis l'enfla à l'extrême. Sax ne se souvenait plus du doigté de la note suivante.

En 1843 il crée sa société Adolphe Sax et Cie à Paris. Il a des amis et monte une salle de concerts où il invite des personnalités du monde (notamment le Général de Rumigny) à entendre ses instruments. Sax est en butte à l’hostilité de ses concurrents. Hector Berlioz s’en indigne dans une lettre:

« Croirait-on que ce jeune et ingénieux artiste a mille peines à se faire jour et à se maintenir à Paris? On renouvelle contre lui les persécutions dignes du Moyen-Âge et qui rappellent exactement les faits et gestes des ennemis de Benvenuto, le ciseleur florentin. On lui enlève ses ouvriers, on lui dérobe ses plans, on l’accuse de folie, on lui intente des procès; avec un peu d’audace, on l’assassinerait» (lettre d’Hector Berlioz à Mlle Louise Bertin).

Réforme des musiques militaires 1845
Un appel d’offre est lancé par le ministère de la guerre pour réformer et unifier les musiques militaires. Jusqu'alors, chaque colonel peut composer son propre orchestre selon ses caprices. Une composition théorique recommandée existe mais elle mêle des instruments souvent incompatibles en force et en couleurs.....Sax prétend que la combinaison qu'il propose ( famille des saxhorns, saxtrombas et saxophones tous de son invention) offrirait une harmonie totale des graves aux aigus et une riche palette de timbres. Les orchestres jouant en plein air gagneraient en nuances, en richesse harmonique et en puissance grâce à la prépondérance donnée au cuivres et aux instruments à cylindres (pistons). Il emporte le marché après une audition comparative (le Défi) au trocadéro entre son orchestre et celui de Carafa qui lui aussi avait été retenu par le ministère. Cette victoire permet le lancement du saxophone.

En 1846 brevet du Saxophone
Adolphe Sax  cherche à créer «un instrument qui par le caractère de la voix pût se rapprocher des instruments à cordes, mais qui possédât plus de force que ces derniers».
Caractéristiques du saxophone :
- Le tuyau de forme conique lui donne la puissance  
- Anche simple en roseau pour se rapprocher de la voix humaine,
une famille complète pour avoir des son graves et aussi aigus: le contrebasse, le basse, le  baryton, le ténor, l'alto, le soprano , le sopranino



Quelques saxophonistes du début

 écoute de c (1866-1922) enregistrement sur cylindre (1904) numérisé
-Elise Hall, saxophoniste américaine. Pour sa santé le médecin lui conseille de jouer d’un instrument à vent. Elle choisit le saxophone et passe commande à de nombreux compositeurs tels que Vincent d'Indy, Florent Schmitt et Claude Debussy:
rhapsodie mauresque (composée entre 1901....1908) de Claude Debussy jouée par Jean Marie Londeix

Le saxophone a bientôt ses entrées dans l’orchestre
L'arlésienne de Bizet
Boléro de Maurice Ravel interprété par l'orchetre Wiener orchestra direction Gustav Dudamel
 - Lieutenant Kijé, opus 60 de Serge Prokofiev 1934 solo de saxophone ténor

Quelques grands saxophonistes:

 Marcel Mule ( 1901-2001), le premier grand saxophoniste, avait commencé comme premier saxo à la garde républicaine. Introduit le vibrato dans la pratique du saxophone.  concertino da camera de Jacques Ibert en 1958
Sigurd Rascher ( 1907-2001): émigre en 1939 d’Allemagne aux Etats-Unis (Hitler avait interdit l’usage du saxophone). De nombreuses œuvres ( plus de 140) ont été écrites pour lui. : concerto d'Erland von Koch pour saxophone alto et orchestre à cordes enregistrement de 1958
Rudy Wiedoeft (1893-1940) : fait le lien entre le saxophone classique et le jazz. En duo avec le pianiste Benny Krueger au sax mélody

C’est  le jazz qui a offert au saxophone le plus de possibilités de développement: il y a pris souvent la place de la clarinette.
Ecoute de plusieurs extraits:
1966 Johnny Hodges:  avec Duke Ellington octet enregistré en italie : on the sunny side of the street

1950 Charkie Parker et Coleman Hawkins : ballad  Gjon Mili's Studio in New York City from Fall 1950
musiciens:Hank Jones piano, Ray Brown bass, Buddy Rich batterie

1960  John Coltrane et Stan Getz : Hackensack  (Monk) enregistré en allemagne.
Musiciens: Oscar Peterson piano Paul Chambers bass, Jimmy Cobb batterie

1967 Roland Kirk, live in Prague, the inflated tear , saxophoniste aveugle, mais capable de jouerde 3 saxes en simultané,
sax alto long (dit aussi Manzello)  aussi, titre de l'album qui paraitra en 1968 sous le label atlantic 

1989  Mickael Brecker band en Pologne
Michael Brecker Band  Itsbynne Reel  Michael Brecker  utilisation de l'ewi (saxophone électronique) et saxophone ténor,
musiciens:Joey Calderazzo claviers, Jay Anderson  double bass, Adam Nussbaum -drums

Colin Stetson  performance au saxophone basse et effets utilisation de la respiration continue
le subcontrabass sax de J'elle Stainer