Université du temps libre "Kreiz Bro leon" - compte rendu de conférence

Le Conseil
d'administration
Les activités Nos adhérents Les programmes Lettres aux adhérents
Comptes rendus
des conférences
Les partenariats Les actualités Adresses
et liens utiles
Accueil

Charlie Chaplin, cinéaste du XXème siècle
Didier Leroux, association « Film et Culture », enseignant en audiovisuel et chargé de cours à l'Université Bretagne Ouest.

Charlie Chaplin (1899-1977) n'est pas seulement un grand cinéaste burlesque, il est aussi un homme engagé dans son temps, portant un regard sans concession sur des sujets tels que les guerres mondiales, l'isolationnisme, le maccarthysme. La terrible accusation de communisme est même portée contre lui. De plus, les nombreuses affaires de moeurs qui jalonnent sa carrière finissent par lui aliéner une grande partie du public américain. En 1952, il sera contraint à l'exil .
Né à Londres, Chaplin grandit dans la misère entre un père absent et une mère en grandes difficultés financières, tous deux artistes de music-hall, qui se séparèrent deux ans après sa naissance. À l'âge de cinq ans, il fait sa première apparition sur scène. A 6 ans il chante à la place de sa mère devenue subitement muette. Plus tard, il fut placé dans un orphelinat, sa mère étant internée à l'hôpital psychiatrique alors que lui-même avait quatorze ans. Il commence très tôt à se produire dans des music-halls et devient rapidement acteur.

Il développe sa vision des Etats-Unis à travers ses films, et refuse même la nationalité américaine. Il tourne exclusivement des films muets, pour lui il le cinéma muet est compris par tous contrairement au cinéma parlant qui n'est compris que par ceux du pays de la langue utilisée. Il utilise beaucoup l'antiphrase, dit le contraire de ce que l'on voit, telle la statue de la liberté qui est à l'opposé de ce qu'éprouvent les immigrants irlandais puis italiens en arrivant sur le sol américain.
Il devient rapidement très riche, tout en dénonçant un système américain dont il a largement bénéficié. Avec un million de dollars, il crée son propre studio dans lequel il développe sa vision personnelle du cinéma. Perfectionniste, il jouait tous les rôles et les acteurs devaient reproduire ce qu'il avait joué. Quand les autres metteurs en scène tournaient 10 films en 10 ans, lui en tournait seulement 2, tant il recherchait la perfection dans le moindre geste, la moindre séquence filmée.
Il est une immense star aux US, héros d 'une BD, de dessins animés, de publicités, il côtoie les plus grandes stars, les grands hommes politiques.
Mais c'est aussi un grand séducteur, qui aimait beaucoup les jeunes filles. Sa première femme n'avait que 17 ans et sa deuxième 16 ans. Il fut l'objet de plusieurs procès  en paternité de la part de ses nombreuses conquêtes.

Dans les Temps modernes, il dénonce le taylorisme et accuse H.Ford de développer le travail à la chaîne. Il est alors accusé de communisme, (bien que n'ayant jamais eu sa carte au parti communiste, ce qui le sauvera par la suite du Mac Carthisme). Dans le générique du film on peut observer une nouvelle fois l'utilisation d'une métaphore : à travers un fondu enchaîné moutons / ouvriers, il dénonce le communisme, et lui mouton noir l'ouvrier chassé de l'usine. Dans ce film, il fait également allusion à la folie de sa mère, au broyage des ouvriers, à la projection cinématographique à travers la séquence des engrenages. Film qui a obtenu un immense succès dans tous les pays sauf aux Etats-Unis.

Dans le Dictateur, il dénonce certes la propagande nazie, mais aussi l'immobilisme dont font preuve les Etats-Unis. (Avant les élections,Roosevelt avait en effet promis de ne pas s'engager dans la guerre). On peut noter les ressemblances entre Adolf Hitler et lui : ils étaient nés à quatre jours d'écart, avaient tous deux accédé à la notoriété mondiale malgré leur origine modeste, ils étaient tous deus de grands séducteurs et le dictateur allemand portait la même moustache que Charlot.
Dans ses films, il est toujours en avance sur son temps, témoin le dictateur qui joue avec le monde, monde qui qui explosera après les années 40 alors qu'il a commencé le tournage en 1939.

Dans Monsieur Verdoux, tiré de l'histoire de Landru, il exprime à nouveau ses idées politiques en critiquant le capitalisme et le film fut très controversé à sa sortie.  Il se rapproche des communistes en pronant l'ouverture d'un second front pour soulager les soviétiques . Chaplin nia être un communiste et se présenta comme un pacifiste qui estimait que les actions du gouvernement américain pour réprimer une idéologie étaient une violation inacceptable des libertés publiques. Refusant de se taire sur cette question, il protesta ouvertement contre les procès des membres du parti communiste américain. Alors que ses actions étaient largement relayées dans la presse et que la guerre froide gagnait en intensité, sa non-acquisition de la citoyenneté américaine fut critiquée et certains demandèrent son expulsion.
En 1952 lors de son voyage vers l'Europe pour la présentation de Limelight il apprend son interdiction de séjour aux Etats Unis. Il va avec sa dernière épouse Oona O'Neill s'installer en Suisse, où il vivra jusqu'à sa mort en 1988.

Dans un Roi à New York, un de ses derniers films il se moque de la justice américaine, dans la scène de la lance à incendie avec laquelle il arrose la cour lors de son procès.