Université du temps libre "Kreiz Bro leon" - compte rendu de conférence

Le Conseil
d'administration
Les activités Nos adhérents Les programmes Lettres aux adhérents
Comptes rendus
des conférences
Les partenariats Les actualités Adresses
et liens utiles
Accueil

Lartigue, Capa, Doisneau
Yannick Levannier, Photographe, conférencier
Pourquoi choisir ces trois photographes, ces trois regards ?
Ils ont couvert la deuxième moitié du XX
ème siècle et photographié la France des années 50 à  80. Ce sont trois visions complémentaires d’un même pays, trois choix de société, trois techniques photographiques.
Capa photographie l’évènement et est surtout connu pour ses photos de guerre, Doisneau la vie publique et sociale, Lartigue la vie de famille.

Jacques Henri Lartigue :   (Biographie complète)                 

Il est né à Courbevoie le 13 juin 1894 et mort à Nice le 12 septembre 1986 dans une famille aisée. Il est de passion peintre mais utilise la photo pour aide-mémoire.
Il disait : «
Je ne suis pas un photographe, mais empailleur de la vie passée. »
A un journaliste qui lui disait : «
Il n’y a que vous pour prendre cette photo », il a répondu : « Non, mais il n’y a peut-être que moi pour la voir. »
C’est lui qui fut choisi pour faire la
photographie officielle de Valéry Giscard d’Estaing. et devint connu du grand public à cette époque.
Ses domaines : famille et souvenir. Photos de jeunes femmes, à la fois banales et recherchées (vent dans les jupes).
Il photographie les débuts de l’aviation, les courses automobiles. Il aime le mouvement et ses photographies le prouvent.
Fait des portraits pour gagner sa vie.

Diaporama des photos de J.H Lartigue

Robert Capa : Biographie

Robert Capa, de son vrai nom Endre Friedmann, est né le 22 octobre 1913 à Budapest et mort le 25 mai 1954 en Indochine.
Dès l’âge de dix-huit ans, il part pour Berlin afin d’apprendre le journalisme. Pour payer ses cours il trouve un premier travail comme apprenti développeur dans une agence photographique berlinoise. Il commence à faire des photos en 1932 pour l’agence avec laquelle il faisait des petits travaux et qui l’envoie à Copenhague photographier une manifestation de Trotski.
Il surprend par son style de prise de vue et affirme :
«
Si vos photos ne sont pas assez bonnes, c’est que vous n’êtes pas assez près ». Il donne cette impression de proximité en coupant ce qu’il y a autour du sujet.
En 1934, il est envoyé à Lisieux mais ne fait pas les photos auxquelles on s’attendait.
Il considère que pour bien les prendre, il lui faut être dans l’action et commence ainsi à donner le style Capa
Étant juif, devant la montée du nazisme, il doit fuir l’Allemagne et arrive à Paris.
Il fait la connaissance de Gerda Taro et ils travaillent ensemble. Endre Friedmann a du mal à vendre ses photos ; Gerda lui fait changer de nom pour Robert Capa, nom plus américain. Ses photos connaissent alors un succès grandissant. Sa compagne se rebaptise « Taro ».
Il photographie ensuite les Fronts Populaires.
Il part avec Gerda Taro couvrir la guerre d’Espagne.
Par la suite, il se lie d’amitié avec Ernest Hemingway qui avant de partir lui aussi pour l’Espagne écrit tout le début de son roman uniquement à partir des photos de Capa.
C'est pendant ce séjour en Espagne qu'il prend la photographie « Mort d’un soldat républicain » qui entrainera bien des controverses mais symbolisera la guerre d’Espagne. Ses photos de l’exode des républicains espagnols révèlent leur souffrance.
Capa rentrant en France Taro décide de rester en Espagne pour faire encore quelques photos. Elle décède écrasée par un char. Capa se considère coupable et aura beaucoup de mal à s’en remettre.
Début 38, le magazine Life l’envoie en Chine pour suivre la Seconde Guerre sino-japonaise.
Une photo fait la couverture de Life, celle d’un enfant chinois, habillé en militaire. Il décide néanmoins de ne pas rester et rentre en France
Contacté par Paris Match et Paris Soir en 1939, on lui demande de faire des photos du tour de France.
Ses photos restent actuelles dans leur situation tout en appliquant le style Capa.
Puis c’est la guerre ; la France est envahie, il part aux États-Unis et obtient une accréditation pour accompagner les soldats américains lors du débarquement en France.
Par tirage au sort, il débarque sur la plage d’Omaha Beach avec le premier régiment.
Il photographie les vagues d’assaut. L’une de ses photos légèrement floue à cause d’une erreur de traitement est finalement publiée à sa demande et est devenue l’un des symboles du débarquement.
Une fois débarqué sur le sol français, il accompagne les soldats et couvre toute la progression vers Paris.
Avec ses amis David Seymour et Henri Cartier-Bresson, il fonde l’agence Magnum.
Grâce à Hemingway, il rencontre des stars dont il va faire le portrait dans son style et fait également des photos publicitaires.
Très temporairement on lui demande de remplacer un photographe en Indochine. Le 25 mai 1954, près du Tonkin, il saute sur une mine.
Diaporama des photos de R.Capa

III. Robert Doisneau : Biographie complète

Il est né le 14 avril 1912 à Gentilly.
Il n’a jamais fait une photo sur le vif au sens où on l’entend aujourd’hui. Il observe et décide de reproduire à l’identique.
Il a obtenu son diplôme de graveur lithographe en 1929.
Il intègre l’Atelier Ullmann en tant que photographe publicitaire.
En 1934, le constructeur automobile Renault de Boulogne-Billancourt, l’embauche comme photographe industriel, mais, du fait de ses retards successifs, il se fait renvoyer cinq ans plus tard, en 1939.
Son style se caractérise par une grande rigueur de composition (ex : la règle des tiers) et il utilise le regard des personnages qu’il prend en photo pour guider le spectateur.
Il se fait connaître lorsqu’une agence américaine lui demande de photographier Paris de manière à donner aux Américains l’envie d’y venir.
Il procède sous forme de thèmes :
Les amoureux, des enfants de la rue, la vie dans la rue, les enfants et l’école, les parcs, les Halles de Paris, Bercy au temps des dépôts de vins, les animations, les fêtes, des auteurs, poètes comme Prévert etc…
Il meurt le 1er avril 1994 à Montrouge reconnu pour toutes ses œuvres.